Longs métrages > Le conte de la princesse Kaguya > Personnages


Le conte de la princesse Kaguya : Personnages

Princesse Kaguya

Tout d'abord sans prénom réel (« Princesse » pour ses parents, « Pousse de bambou » (Takenoko) pour les enfants du village), la princesse devra attendre la puberté pour se voir attribuer définitivement le nom de « Princesse Kaguya des pousses de bambous », comme un signe prémonitoire de son appartenance à l'astre céleste et à son statut hors norme. Son destin est effectivement extraordinaire : d'abord adulte miniature, puis bébé grandissant à vue d'œil, la princesse attise la curiosité dès ses premiers pas et devient peu à peu un objet de convoitise pour la gente masculine.

Mais si son enveloppe charnelle incarne la pureté et la beauté, son caractère est des plus torturés. La princesse peut alterner ainsi des phases d'euphorie intense, de colère dévastatrice ou encore de profond désespoir, comme si, là encore, elle brûlait les étapes de sa courte et éphémère vie. En réalité, animée d'une formidable soif de vivre, la princesse supporte mal les contraintes et son statut de quasi-divinité où la porte les hommes. On pourrait donc la penser capricieuse et changeante, voire même froide à l'égard des autres, et pourtant, elle est en réalité d'une sensibilité et d'une simplicité extrême : aux fastes de la Cour et aux démonstrations grandiloquentes, elle préfère finalement le calme de sa montagne et l'amour inconditionnel de ses parents. Elle n'aspire qu'à une vie simple et semble être emportée par un destin plus fort qu'elle. En retrait du monde humain, elle n'en est pas moins touchée par le sort de l'humanité, qu'il s'agisse celui du décès d'un prétendant ou du sort de son ami Sutemaru. Finalement, alors que la princesse Kaguya est d'origine céleste, elle incarne mieux que n'importe quel autre personnage du film l'Homme dans toute sa complexité et ses sentiments.

 

Le vieil homme

Modeste coupeur de bambou, Okina (« le vieil homme ») est celui qui découvre la princesse Kaguya. D'origine modeste, il est dès lors convaincu qu'il a été choisi par les dieux pour donner à sa fille adoptive le rang de véritable princesse. Maladroit, mais jamais mal intentionné, il a bien du mal à comprendre les accès d'humeur de sa fille et se trompe très souvent dans ses choix. Son rêve ultime est que sa fille puisse faire un bon mariage et soit une parfaite Dame de la Cour, bien loin des rêves simples de sa fille. Spectateur impuissant des tourments de sa fille, il le demeurera jusqu'au bout, lorsque celle-ci sera contrainte de quitter la Terre. Dévasté par le chagrin et le remords, il doit dire adieu à sa fille.

 

La vieille femme

Femme âgée lorsqu'elle devient mère adoptive de la princesse Kaguya, Ôna (« la vieille femme ») incarne pourtant parfaitement la figure de l'amour maternel. Très attachée à sa fille adoptive dès les premières minutes, elle sera toujours une confidente et un soutien à sa fille. Toutefois, elle demeure également une épouse qui se doit de suivre les directives de son mari. Elle acceptera ainsi toutes les lubies d'Okina, comme le déménagement, le choix d'une gouvernante ou encore l'organisation des rencontres avec les prétendants, bien qu'elle ne les approuve pas. Son amour pour sa fille la rendra si forte qu'elle résistera même aux pouvoirs ensorcelants de Bouddha lorsque celui-ci viendra enlever la princesse.

 

Sutemaru

Issu d'une famille de charbonnier, Sutemaru est un adolescent protecteur envers les plus jeunes. C'est donc tout naturellement qu'il prend sous son aile la princesse Kaguya, qu'il surnomme affectueusement « pousse de bambou » en raison de sa croissance extraordinaire. Jeune homme simple et franc, il tissera une relation de confiance et de complicité avec celle qui devient peu à peu une jeune fille. Inconscient du destin funeste qui pèse sur la jeune fille, il tombe peu à peu sous ses charmes et se prend à rêver d'un avenir commun. Il perdra ensuite complètement de vue la princesse et ne la recroisera qu'à deux reprises : dans la capitale alors qu'il commet un vol, et des années plus tard, lorsqu'il revient s'installer dans la montagne avec sa femme et son fils.
Sutemaru est aux yeux de la princesse, le symbole du bonheur simple qu'elle éprouvait dans la montagne. Le revoir sans possibilité d'un avenir ensemble provoquera donc chez la jeune fille une forme de résignation et de souffrance. Quant à lui, bien que les années aient passé et que leurs vies respectives n'aient plus rien en commun, il se prendra à rêver d'une vie auprès d'elle libérée de toute contrainte.

 

Autres personnages

Dame Sagami

Gouvernante habituée à éduquer les jeunes nobles de la capitale, Dame Sagami est choisie par Okina pour éduquer la jeune et sauvage princesse Kaguya. A ses yeux, la jeune fille n'est qu'une enfant rebelle incapable d'apprendre les raffinements de la Cour. En réalité, la princesse en maîtrise déjà toutes les subtilités et refuse simplement les carcans imposés par l'étiquette. Dame Sagami profite néanmoins d'un abattement temporaire de la princesse pour lui raser les sourcils et lui teindre les dents comme l'exige la mode de l'époque. Epuisée par le caractère récalcitrant de son élève et exaspérée par son refus du mariage, Dame Sagami démissionne sans aucun regret.

La servante

Personnage discret, la servante de la princesse Kaguya n'en est pas moins omniprésente et déterminée à servir au mieux les intérêts de la jeune fille. Totalement muette, elle commente pourtant souvent l'action par des mimiques et des attitudes drolatiques. On entendra le son de sa voix à la toute fin du film, lorsqu'elle entonnera avec courage la comptine de la princesse, réussissant ainsi à la sortir de sa torpeur.

Inbe no Akita

Inbe no Akita est un sage appelé par Okina afin de choisir un nom à la princesse Kaguya. Emu par la beauté et l'attitude naturelle de la jeune fille, il lui choisira un nom prémonitoire « Princesse Kaguya des pousses de bambous ». Emerveillé, il vante ensuite les charmes de la jeune fille auprès des dignitaires de la Cour et provoque ainsi la course entre les cinq nobles.

Les cinq nobles

Hauts dignitaires à la Cour, ces cinq nobles tombent amoureux de la princesse sans jamais la voir. Sont-ils réellement épris et ensorcelés par le charme presque inhumain de la jeune fille ou bien ne cherchent-ils qu'à entrer en concurrence et à gagner le dernier « trophée » à la mode ? Toujours est-il qu'ils paieront très cher leur attitude dominatrice et possessive : de l'humiliation à la perte de leur fortune, en passant par le trépas, aucun ne réussit à gagner le cœur de la solitaire princesse et toutes leurs viles intentions seront percées à jour.

L'Empereur

Comme les cinq nobles, l'Empereur tombe amoureux de la princesse sans même la voir ou lui parler. Piqué au vif par le refus de la princesse à sa demande de mariage, il perd pied avec la réalité et est prêt à prendre de force la jeune fille. C'est ce geste qui condamnera au final la jeune fille à retourner sur la Lune, effrayée par l'attraction qu'elle exerce sur les hommes, poussée ici à son paroxysme. L'Empereur incarne donc l'être humain dans ce qu'il a de plus négatif, incapable d'éprouver de la compassion et un intérêt sincère pour son prochain.


Précédent : Résumé détaillé

Suivant : Analyse

A propos  / このサイトについて  -   Nous contacter   -   Newsletter   -   Liens