Hommages > Ghibli et la BD occidentale> Encyclopédie évolutive > A


Ghibli dans la BD occidentale : A

ALBERTI Mario

Traduction d'un extrait d'interview trouvée sur www.ubcfumetti.com :

Les auteurs dont je ressens une influence stylistique sont si nombreux, mais il y a un échantillon de bds d'auteurs que je mets toujours en valeur : Magnus, Cavazzano, Mignola et Shirow. Une mention particulière pour Hayao Miyazaki : peut-être que si je n'avais pas vu Laputa, le Château dans le ciel, je serai aujourd'hui un commercial...

Jeune femme sur chaise recouverte de noiraudes par Alberti trouvée sur www.spaziojml.it

Jeune femme avec short totoro par Alberti trouvée sur www.spaziojml.it

Extrait d'interview trouvée sur www.sceneario.com :

SCENEARIO.COM : Quels sont les auteurs avec lesquels vous auriez aimé travailler ?
Mario Alberti : Je n'en aurai jamais la chance, mais j'adorerais travailler avec Hayao Miyazaki...
... Ma plus grande Influence bd : Nausicäa de la vallée du vent de Hayao Miyazaki.

ALFRED

Trouvez Marie Frisson, Mister Jack et Chibi Totoro
dans Octave et le cachalot par Alfred et Chauvel. Delcourt.

ALGESIRAS

Ah bah, mais qui n'est pas fan du studio Ghibli??? Bon je n'ai pas vu tous leurs films (il me manque Nausicaä de la Vallée du vent, Pompoko et Les souvenirs ne meurent jamais) mais j'adore tous ceux que j'ai vu. L'hommage à Totoro dans Candélabres était le plus facile à faire, je pense. D'ailleurs je crois que c'est une des références japonaises que les auteurs français utilisent le plus. Et puis il y a quelque chose d'universel et d'intemporel dans Totoro qui touche tout le monde, quelque chose qui émerveille dans le rapport des enfants à la nature. J'aime aussi énormément Kiki la petite sorcière.

A propos du Château ambulant :

Miyazaki ne "situe" pas délibérément ses univers, il crée un monde steampunk (mais poétique) dans ce qui semble une Europe ou une Amérique idéalisée mais qui en fait n'existe nulle part, afin que chacun de ses spectateurs y retrouve quelque chose de familier.
J'ai adoré le film, chaque plan m'a tiré des larmes d'admiration, je trouve que Miyazaki n'a rien perdu de sa capacité à nous émerveiller. C'est vrai que la fin est rapide (j'aurais bien aimé que ce qui arrive à l'épouvantail soit un peu mieux amené), mais il y a un tel attachement à cet univers, un tel soin apporté à chaque détail, 'fin bref, moi j'applaudis, voilà. ^^

Propos recueillis sur www.bdparadisio.com

Candélabres par Algésiras et Nadine Thomas. Delcourt.

ARIS Gilles

Mon Voisin Totoro est un film qui m'a beaucoup marqué par sa finesse et son onirisme, dépeignant un monde où on voudrait se perdre en voyage. Ca faisait longtemps que je n'avais pas rêvé ainsi par un animé. C'est du coup un peu lui qui m'a fait m'intéressé aux animés japonais (j'avais tout de même une approche précédente avec Akira et Jin roh).
Pour moi c'est dans ces deux personnages que sont Totoro et le Chat Bus que ce rêve est passé, il me paraissait donc tout naturel de les mettre dans une chambre (ou un t-shirt) de jeune fille. Mais chez une ado ou une ou un jeune adulte cela n'aurait pas non plus dénoté. La grande force de ce film est qu'il peut toucher la machine à rêve de chacun à n'importe quel âge.
Maintenant, dans l'univers de Miyazaki, j'ai une préférence pour Nausicäa de la Vallée du vent, mais on part dans un autre registre, plus adulte à mon sens, c'est dans ce film que tous les éléments qui composent les propos de Miyazaki sont (déjà) présents. Mais je voue aussi une grosse affection pour Le château dans le ciel.


Le Vieux Ferrand # 2 par Gibelin et Aris. Delcourt

ARLESTON Christophe

A propos de l'exposition Miyazaki-Moëbius au Musée de la Monnaie :

« Quelle déception ! Certes, des originaux de Giraud, c'est toujours merveilleux, mais des repros de crobars de Miyazaki, sur un faux papier dessin à gros grain (incompatible avec le trait reproduit dessus), c'est triiiiiiiiiiste !
Soyons francs: tous les amateurs de BD connaissent bien le travail extraordinaire de Giraud, et ont eu l'occasion de voir de nombreuses expos de ce très très grand monsieur: c'est donc plutôt pour Miyazaki qu'on va à l'Hôtel des Monnaies.
Or hélas, les dessins de Miyazaki sont mieux reproduits dans le catalogue que dans les sous-verre! J'ai passé 4 heures dans l'expo et je peux parier ma couille gauche (ma préférée) qu'il n'y a pas un seul original du père de Totoro.
Le plus intéressant, ce sont les vidéos. Une soirée Théma de Arte, ou 2 plombes de Planète, et j'évitais un voyage à Paris (exprès pour).
Je n'ai qu'un conseil à donner aux admirateurs du maître japonais : oubliez cette expo de dupes, et foncez sur Internet vous procurer les Art Books de chacun de ses films ! »

Propos recueillis sur www.bdparadisio.com

A propos  / このサイトについて  -   Nous contacter   -   Newsletter   -   Liens