Hommages > Ghibli et la BD occidentale > Encyclopédie évolutive > D


Ghibli dans la BD occidentale : D

DAV

Je ne suis pas excessivement fan du film et de son histoire (à propos de Mon voisin Totoro ndr). En revanche l'image, l'animation, les décors et l'ambiance qui s'en dégagent me plaisent beaucoup. Et pis surtout, les persos sont mignons. Ca doit être une passion, j'en mets partout en ce moment... J'en ai même un dans ma voiture...

Flibustor par Dav. Soleil.

DELESTRET Nicolas

J’ai découvert le travail de Miyazaki il y a un sacré bout de temps maintenant, avec des cassettes VHS japonaise de kiki et Pompoko je crois (ce fut ma découverte du studio). Bon, c’était beau mais le japonais pas facile à traduire...
J'ai réellement été séduit avec Mon voisin Totoro puis en découvrant au cinéma Princesse Mononoke. J'adore son imagination (les sylvains par exemple) et lorsqu’il nous fait voyager dans un rêve d’une incroyable fraîcheur... J’aime aussi le coté "cauchemar " de certains moments : son travail est unique de ce point de vue.
Certains scénarios sont aussi assez intéressants dans la manière d’aborder les psychologies des personnages et leur rapport au monde qui les entoure. Par la suite, j’ai vu plusieurs films du studio Ghibli mais peu m’ont autant émerveillé que le travail de Miyazaki. Par exemple Le royaume des chats est très bof... Un très bon point néanmoins pour Le tombeau des lucioles. J’ai d’ailleurs emmené un pote pas fan de dessin animé du tout le voir au ciné en version originale, et il est ressorti la larme à l’œil !
Pour en revenir à Miyazaki, je trouve que c’est dans Le voyage de Chihiro que son imagination est à son summum. J’ai beau le voir et le revoir, ça marche toujours autant. A signaler que Princesse Mononoke, avec ses différents degrés de lecture, me plait beaucoup aussi. Pour Le château Ambulant, j’ai trouvé ça très bon même si pour moi, la fin est trop abrupte. Une oeuvre très adulte et peut-être moins grand public... Je ne suis pas sûr que les enfants puissent tout comprendre.
Suis-je influencé dans mon travail par les films de Miyazaki ? Oui et non... Disons que son travail sur le rêve me plait… Je crois qu’il n y a pas de problème pour lui : il va continuer à faire des choses surprenantes ! Du moins je l’espère...

DELFINE

Part 1/ Mafalda, Snoopy, Les Boondocks, Pim Pam Poum, Fuku-chan, Calvin et Hobbes, Nancy, Nos Voisins les Yamada, Hägar Dünor le viking, Garfield et bien d'autres comic's strip sont-ils des incontournables parmi vos lectures et ont-ils joués un rôle dans votre envie de dessiner des bds au format court sur ton blog ?

Oulà, alors - honte sur moi ! - j'en connais pas la moitié... (Mais merci, ça me fait plein de trucs à découvrir).
Je connais bien sûr Mafalda, Snoopy, Calvin et Hobbes et Garfield. Chacun a sa personnalité qui se construit strip après strip. J'adore leurs répliques toujours bien envoyées, parfois absurdes et surréalistes, parfois très philosophiques.
Je me suis essayée aux strips en 3 ou 4 cases mais je ne me suis jamais senti très à l'aise avec ce format. J'admire d'autant plus les gens qui arrivent à le faire, c'est tout un art de la narration concise et efficace ! En si peu de cases, on ne peut rien laisser au hasard, il faut vraiment travailler chaque élément avec précision : les expressions des personnages, les dialogues, le rythme de l'histoire, la chute... Quand je fais une BD, j'ai tendance à m'étaler, à inventer et à rajouter des détails au fur et à mesure. Le format de l'histoire est donc plus souvent 1 ou 2 pages ou alors une image unique, entre l'illustration et la BD.

Le format d'histoires dessinées en peu de cases ne semble pas rencontrer un fort succès chez les éditeurs français, contrairement aux Usa ou au Japon, alors qu'il fait fureur sur de nombreux blogs de dessinateurs. Penses-tu qu'il s'agisse d'une question culturelle, d'un manque de prépublication dans la presse quotidienne ou pour d'autres raisons ?

Le format "strip" en 3 ou 4 cases est quand même pas mal présent en presse jeunesse. Par contre, c'est vrai qu'en édition, on ne trouve pas grand chose. Les histoires courtes réunies dans des albums sont le plus souvent au format pleine page.
Je pense que c'est une question d'abord culturelle. Peut-être aussi une question de goût pour un rythme de narration un peu plus long, qui permet de développer d'avantage les relations entre les personnages, l'ambiance d'une l'histoire...
Mais comme les goûts et les habitudes sont fait pour changer, on verra peut-être apparaître de nouveaux formats en édition. La diversité des formats de narration qu'on peut trouver sur les blogs graphiques, apportera peut-être des idées au monde de l'édition dans les années à venir !

Part 2/ Peux-tu nous parler de ton rapport avec les films du studio Ghibli (comment as-tu découvert, qui, quoi, quand, où ?). As-tu vu Mes voisins les Yamada d'Isao Takahata et si oui qu'en as tu pensé, qu'as tu ressenti en le voyant ? Emu, amusé, captivé tout seul ou en famille, as-tu un souvenir marquant et magique lié au visionnage d'un Ghibli ?

J'ai découvert les films des studios Ghibli quand j'étais au lycée (On avait des profs sympas qui nous laissaient une salle de projection vidéo après les cours et un ami avait amené "Totoro") Je suis retournée le voir au ciné, quand il est sorti, peu après (Totoro, ça vaut  quand même le coup de le voir en "taille réelle" sur grand écran !). Le lendemain je me rappelle être allée faire des croquis de l'affiche de cinéma sous la pluie pour me lancer dans un projet de cadeau pour mon amoureux, qui était très fan !  J'ai récupéré la peluche d'un vieil ours en peluche gris (chez Emmaüs) et j'ai sorti les ciseaux, le fil et les aiguilles pour lui fabriquer un Totoro en peluche. Après quelques heures de travail et plusieurs aiguilles plantées dans les doigts, ça a donné quelque chose qui ressemble plus ou moins à une sorte de Totoro à poils longs... (Un Totoro avec son pelage d'hiver, quoi !)

Mes voisins les Yamada est mon préféré de tous les films du studio Ghibli ! J'ai récemment offert le DVD à une copine pour son mariage parce que je trouve cette succession de petits sketches sur la vie quotidienne en famille pleine d'humour et de sensibilité. On pourrait s'attendre à un certain décalage culturel pour un film qui traite de la vie quotidienne d'une famille japonaise mais je trouve que ce n'est pas du tout le cas. On se reconnaît tellement facilement dans les personnages et les situations qui sont universelles !
Je crois que les films du studio Ghibli qui me touchent le plus sont ceux qui restent dans des univers simples et "humains". Plus encore que l'univers onirique plein de machines volantes, robots, mécaniques, esprits et monstres de toutes sortes de Miyazaki (Le voyage de Chihiro, Laputa ...), j'aime les réflexions sur la vie quotidienne et les relations humaines des films de Takahata (Le tombeau des lucioles, les Yamadas...)
Mais je me rends compte en parcourant "buta-connection" que je n'ai pas encore découvert tous les films du studio Ghibli. (C’est plutôt une bonne nouvelle ça ! Ça veut dire encore beaucoup d'heures de plaisir et de magie !)

DONSIMONI

Le Collège invisible par Donsimoni et Ange. Soleil.

Double P

Dans son blog Trentenaire, marié, 2 enfants

 

DUPRAT François

On a pas des vies faciles par Duprat. Trouvé sur www.bulledair.com.

Premier contact avec le travail de Miyazaki : il y'a très longtemps en découvrant des épisodes de Sherlock Holmes. C'était cool. Depuis j'ai retrouvé une de mes bds réalisée à 11 ans ou le super méchant s'appelait Moriarty, et longtemps après je me demandais d'où venait ce nom (je n'ai jamais lu Conan Doyle), et j'ai trouvé la réponse en revoyant les épisodes y'a 4-5 ans. Sinon j'ai vraiment découvert le travail de Miyazaki quand je suis rentré aux beaux arts. J'ai rencontré trois grands fans qui n'ont cessé de m'en parler: Greg Charlet, Nico Delestret, et évidemment Vanyda...
Ce qui m'a plu c'est la vie qui découle de ses dessins animés. Les thèmes abordés, l'efficacité du graphisme. J'ai pu voir quelques Ghibli autres que ceux signés Miyazaki. : Le tombeau des lucioles et Mes voisins Yamada. Ce dernier a été une claque graphique ; la simplicité du dessin allié à l'efficacité d'une narration. Du grand art! Quant au Tombeau des lucioles, c'est certainement l'oeuvre qui m'a le plus bouleversé. Le coté humain des personnages... J'ai rarement autant été pris aux tripes en voyant un film. La petite fille est absolument criante de vérité. C'est un film qui nous renvoie bien à nos réalités. Pour notre génération, en général nos problèmes ne sont que passagers, nous n'avons pas connu de guerre, nous n'avons jamais eu à nourrir notre petite soeur. En fait nous avons une vie facile.
Maintenant je ne pense pas que ces films m'aient influencés dans mon travail. Ou de très loin et inconsciemment.
Concernant l'expo au Musée de la monnaie j'ai regretté de ne pas voir assez d'originaux de Miyazaki, ou du studio Ghibli. Beaucoup plus satisfait de la partie Moebius, j'ai découvert plein de choses sur cet auteur que je croyais connaître. J'aurais aimé en découvrir autant sur Miyazaki...
Pour finir, à propos du Château ambulant, je n'ai pas trop aimé la fin. Mais j'ai adoré l'ensemble du film, la folie de ce château qui marche, la vieille Sophie est géniale dans sa manière de bouger. Mais pour moi la palme revient à l'épouvantail. Comment rendre vivant un épouvantail? Allez voir Le Château ambulant.

Dessin de San réalisé lors du festival d'Angoulême 2005.

DUTTO Olivier

Les p'tits diables par Dutto. Soleil.

Les p'tits diables # 2 par Dutto. Soleil.

Izbarkan par Dutto. Soleil.

A propos  / このサイトについて  -   Nous contacter   -   Newsletter   -   Liens