Mis à jour : mercredi 9 octobre 2019

Troisième partie :
« La face sombre de la science imaginaire »

Les rêves et les désirs des hommes sont dépeints comme quelque chose de l’ordre du possible dans l’univers de la science-fiction. Les avancées de la science et de la technologie ont transformé ces rêves en réalité, rendant la vie de l’homme plus simple et plus confortable. Mais au même moment, la plupart des armes de destruction qui apparurent dans l’univers de la science-fiction sont elles aussi devenues réalité. Le 20ᵉ siècle est ainsi devenu une ère de carnage de masse sans précédent. L’imagination peut parfois inviter au désastre. Pourtant, sans elle, le confort de nos vies serait perdu.

Cette dernière partie de l’exposition est essentiellement illustrée par le court métrage L'invention des machines imaginaires de destruction (Kûsô no Kikai-tachi no Naka no Hakai no Hatsumei), réalisé par Hideaki Anno.

Le mot de la fin

« De nos jours, et malgré l’étroitesse, tout le monde peut voyager en avion. Une promenade dans le ciel n’est pas bien difficile. Cependant, l’envie de l’homme de s’envoler dans le ciel a t-elle été satisfaite ? Les enfants, les adolescents, ne souhaitent t-il pas aller au-delà des nuages qui flottent dans le ciel d’été ?
L’envie de voyager ne disparaitra pas, même à une époque où les gens peuvent voyager librement. Le désir d’aller dans les cieux ne disparaitra jamais. »

Crédits

Titre 天空の城ラピュタと空想科学の機械達展 (Tenkû no Shiro Rapyuta to Kûsô Kagaku no Kikai-tachi-ten)
Laputa, le château dans le ciel et les machines de science-fiction imaginaires
Dates de l’exposition Du 2 octobre 2002 jusqu’au 9 mai 2004
Planification et conception Hayao Miyazaki
Producteur Gorô Miyazaki
Organisateurs Fondation culturelle mémorielle Tokuma pour l’animation
et Mamma Aiuto Co., Ltd.
Collaboration spéciale Toshio Suzuki
Collaboration à la création Studio Ghibli