Mis à jour : vendredi 2 avril 2021

Les autres collaborateurs importants
du studio Ghibli

Animateurs

Yasuo Ôtsuka

Même s'il n'a jamais travaillé au sein du studio Ghibli, il nous a semblé important d'évoquer le parcours de Yasuo Ôtsuka, tant il a collaboré avec Hayao Miyazaki et Isao Takahata et les a influencés.

Né en 1931 à Tsuwano dans la préfecture de Shimane, Ôtsuka a commencé très jeune à s'intéresser au dessin. Il aime notamment reproduire avec précision les véhicules mécaniques (trains, puis plus tard, les voitures). En 1951, il part à Tôkyô pour se lancer dans la bande dessinée satirique. En 1956, il rentre à la Tôei Dôga. Pendant une dizaine d'années, il participe aux films du studio en tant qu'animateur clé. Il travaille par la suite sur la série Ôkami Shônen Ken (Ken, l'enfant-loup) où Takahata est metteur en scène et Miyazaki intervalliste. Il choisit Takahata comme réalisateur pour Taiyô no Ôji : Horusu no Daibôken (Horus, prince du soleil), où il sera lui-même directeur de l'animation. Tous deux ont un but ambitieux : produire une œuvre de qualité, accessible aux enfants comme aux adultes, avec une véritable recherche de mise en scène et d'effets de caméra. A la fin des années 60, il rejoint le studio A Production, suivi par Miyazaki et Takahata. Avec eux, il travaille en tant que directeur de l'animation sur la première série de Rupan Sansei / Lupin III (Edgard de la cambriole). Il travaille ensuite avec eux sur les deux moyens métrages Panda Kopanda (Panda, petit panda), en 1972 et 1973. Il continue de travailler pour des séries télévisées, comme animateur clé, directeur de l'animation ou encore au layout. Puis il devient directeur de l'animation sur la série de Miyazaki, Mirai Shônen Konan (Conan, le fils du futur). Il rejoint ensuite le studio Telecom, qui produira le premier long métrage de Miyazaki, Rupan Sansei : Kariosutoro no Shiro (Le château de Cagliostro). Il en dirige d'ailleurs l'animation, ainsi que sur Jarinko Chie (Kié, la petite peste), qu'il s'agisse du film ou de la série TV. Il travaille sur le projet Nimo (Nemo) pendant plusieurs années. Finalement, en 1987, il supervise l'animation du quatrième film des aventures de Lupin : Rupan Sansei : Fûma Ichizoku no Inbô (Lupin III : Le complot du clan Fuma). Dans le courant des années 80, il se consacre avant tout à dénicher et à former les jeunes animateurs et devient conseiller technique au sein du studio Telecom. Depuis la fin des années 80, il enseigne les techniques et la théorie du dessin animé. Le style de Ôtsuka est connu comme étant celui du mouvement, par opposition à l'école minimaliste, très répandue au Japon. Yasuo Ôtsuka est décédé le 15 mars 2021 à l'âge de 89 ans.

Yôichi Kotabe

Comme Yasuo Ôtsuka, Yôichi Kotabe a joué un rôle fondamental auprès de Hayao Miyazaki et Isao Takahata jusqu’au début des années 80. Né en 1936 à Taipei, il débute comme intervalliste à son arrivée au studio de la Tôei et devient animateur adjoint, puis animateur clé et enfin directeur de l’animation sur de nombreuses séries en seulement quelques années. Il est, entre autres, animateur clé sur le long métrage Taiyô no Ôji : Horusu no Daibôken (Horus, prince du soleil), puis sur Nagagutsu wo Haita Neko (Le chat botté). Il rencontre, au cours de ces projets, Ôtsuka et Miyazaki, encore simples animateurs, et Takahata, metteur en scène. Après avoir quitté le studio en même temps que Takahata et Miyazaki, il devient directeur de l’animation sur d’autres projets sur lesquels travaillent les deux autres comparses : Panda Kopanda (Panda, petit panda), puis les séries Arupusu no Shôjo Haiji (Heidi) et Haha wo Tazunete Sanzenri (Marco / 3 000 lieues en quête de mère) ou encore Jarinko Chie (Kié, la petite peste). En 1986, il rejoint la firme Nintendo et travaille sur des jeux comme Zelda ou Mario, mais aussi les films des Pokémon. Yôichi Kotabe est longuement revenu sur sa carrière lors de conférences données dans le cadre du Festival international du film d'animation d'Annecy 2019.

Katsuya Kondô

Katsuya Kondô (à ne pas confondre avec Yoshifumi Kondô) est l'un des grands animateurs du studio Ghibli. Né en 1963 à Niihama dans la préfecture d'Ehime, il a travaillé sur les films du studio depuis 1985, avec Tenkû no Shiro Rapyuta (Le château dans le ciel). Il a été le directeur de l'animation de Majo no Takkyûbin (Kiki, la petite sorcière), Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte), Umi ga Kikoeru (Tu peux entendre la mer), Gake no Ue no Ponyo (Ponyo sur la falaise) et Kokuriko-zaka Kara (La colline aux coquelicots). Il a aussi travaillé en tant qu'animateur clé sur plusieurs autres longs métrage incluant Mononoke-hime (Princesse Mononoke) et Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada). En plus de des films du studio Ghibli, Kondô a travaillé sur ses propres projets. Son style ressemblant à celui de Hayao Miyazaki, on confond parfois ses œuvres avec celles du maître.

Kitarô Kôsaka

Réalisateur et animateur indépendant né en 1962 dans la préfecture de Kanagawa, Kitarô Kôsaka approche le travail de Hayao Miyazaki sur la série Meitantei Hômuzu (Sherlock Holmes) dont il réalise l'animation sur un épisode. Mais sa réelle première collaboration avec le réalisateur débute en 1984 avec Kaze no Tani no Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent) où il est animateur clé. Après un même poste occupé dans la production du Tenkû no Shiro Rapyuta (Le château dans le ciel), il vogue vers d'autres horizons avant de revenir sur Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille). Il y est désigné character designer et principal directeur de l'animation. Il gardera le dernier poste de directeur de l'animation sur Mononoke-hime (Princesse Mononoke) sur Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) et sur Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant). Enfin, il sera seul directeur de l'animation sur Kaze Tachinu (Le vent se lève).

Makiko Futaki

Née en 1957 à Aichi, Makiko Futaki est diplômée du département des Beaux-Arts de l’Université d'éducation d'Aichi. Elle rejoint le studio Telecom et rencontre Isao Takahata alors qu’elle travaille comme simple animatrice sur son film Jarinko Chie (Kié la petite peste). Devenue animatrice clé, elle fait ensuite la connaissance de Hayao Miyazaki en travaillant sur les premiers épisodes de la série Meitantei Hômuzu (Sherlock Holmes). Elle travaille au même poste sur Kaze no Tani no Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent) produit au studio Topcraft et intègre ensuite tout naturellement l’équipe du studio Ghibli. Elle y fera la quasi-totalité de sa carrière pendant trente ans. Elle œuvrera sur la plupart de ses films, de Tenkû no Shiro Rapyuta (Le château dans le ciel) jusqu’à Omoide no Mânî (Souvenirs de Marnie). Elle est nommée assistante au directeur de l'animation sur Gedo Senki (Les contes de Terremer) et directrice de l’animation sur le court métrage exclusif du musée Ghibli Mei to Konekobasu (Mei et le chaton-bus). Makiko Futaki a également travaillé comme animatrice clé sur des productions notables d’autres studios : Tenshi no Tamago (L’œuf de l’ange, 1985) de Mamoru Oshii, Akira (1988) de Katsuhiro Ôtomo ou Les ailes d'Honneamise (Oneamisu no Tsubasa: Ouritsu Uchû-gun, 1987) de Hiroyuki Yamaga. Elle est aussi une illustratrice reconnue et a publiée plusieurs livres pour enfants ou recueils de ses illustrations. Trop rare grand nom féminin de l’animation japonaise et dans l’ombre du studio Ghibli, cette discrète spécialiste dans la représentation des animaux et de la nature a été saluée par Miyazaki pour ses talents d'artiste, en la qualifiant à la fois d’atout précieux et de personne en qui il pouvait avoir toute confiance dans l’exécution de sa vision. Makiko Futaki est décédée le 13 mai 2016 à l'âge de 58 ans.

Masashi Andô

Né en 1969 à Hiroshima, Masashi Andô était une des stars montantes de Ghibli. Après avoir rejoint le studio en 1990, il a travaillé comme intervalliste sur Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte). Il a ensuite rapidement été promu animateur clé sur Kurenai no Buta (Porco Rosso), puis comme directeur de l'animation sur On Your Mark et Mononoke-hime (Princesse Mononoke). Après avoir travaillé comme animateur clé sur Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada), il est de nouveau directeur de l'animation sur Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro). S'il réfutait tout projet de mise en scène, on espérait malgré tout que comme son mentor, Yoshifumi Kondô, il y viendrait un jour... Mais il décide de quitter le studio après Le voyage de Chihiro et des questions se sont posées sur qui pouvait succéder à un collaborateur si brillant. Il décide néanmoins de faire son retour (en évitant soigneusement toute production dirigée par Hayao Miyazaki) et travaillera sur l'animation de Kaguya-hime no Monogatari (Le conte de la princesse Kaguya) et épaulera Hiromasa Yonebayashi à la réalisation de Omoide no Mânî (Souvenirs de Marnie), l'ultime long métrage du studio Ghibli.

Akihiko Yamashita

Né en 1966 dans la préfecture d’Okayama, Akihiko Yamashita a débuté comme animateur freelance sur la série Urusei Yatsura (Lamu) entre 1981 et 1986. Il a été pour la première fois directeur de l’animation sur la série TV Kidô Senshi Gandamu ZZ (Mobile Suit Gundam ZZ) en 1986. Il était également responsable du character design, du storyboard et de la direction de l’animation de la série d’O.A.V. Jaianto Robo - Chikyû ga Seishi Suru Hi (Giant Robo - The Day The Earth Stood Still) entre 1992 et 1998. Sa carrière alterne entre les postes du storyboard, de l’animation clé ou du character design sur plusieurs O.A.V. ou séries TV. Yamashita a également créé les personnages de divers jeux vidéo et des illustrations pour des livres. En 2001, il a été félicité par Hayao Miyazaki pour son travail sur l'animation clé sur Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) et a été nommé directeur de l’animation sur Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant). Excepté pour Kaguya-hime no Monogatari (Le conte de la princesse Kaguya), il collaborera ensuite à tous les autres films du studio Ghibli que se soit au character design ou à l’animation. En 2009 il réalise le seul court métrage de musée Ghibli à ne pas être signé par Miyazaki, Chû-zumô (Les souris sumo). En 2002, il aura auparavant déjà animé le court Kûsô no Kikai-tachi no Naka no Hakai no Hatsumei) (L'invention des machines imaginaires de destruction) réalisé par Hideaki Anno pour l’exposition temporaire Tenkû no Shiro Rapyuta to Kûsô Kagaku no Kikai-tachi-ten (Laputa, le château dans le ciel et les machines de science-fiction imaginaires). En 2018, il réalise ensuite le court métrage Tômei Ningen (L’homme invisible), dernier segment de l’omnibus Chiisana Eiyu - Kani to Tamago to Tômei Ningen (Héros modestes : crabes, œuf et homme invisible), pour le studio Ponoc.

Osamu Tanabe

Né en 1965 à Okayama, Osamu Tanabe est diplômé de l’Université de cette même préfecture. En 1987, il commence sa carrière au studio Oh! Production puis devient rapidement indépendant. Il rejoint le studio Ghibli, travaillant plus particulièrement sur les projets d'Isao Takahata. Il commence comme animateur sur Hotaru no Haka (Le tombeau des lucioles), puis devient animateur clé sur Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) et Heisei Tanuki Gassen Ponpoko (Pompoko). Sur Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada), il est nommé assistant réalisateur, en plus de son travail au storyboard et au layout, devenant alors une figure centrale des productions de Takahata, statut qu’il retrouvera ensuite sur Kaguya-hime no Monogatari (Le conte de la princesse Kaguya). Tanabe a également été en charge de la réalisation de publicités et de clips créés par le studio dans le cadre de partenariats.

Megumi Kagawa

Née en 1959 à Ehime, son nom est parfois orthographié Ai Kagawa, car bien que son prénom soit Megumi, le kanji utilisé se prononce ai (« amour » en japonais). Elle est donc surnommée Ai-chan au studio Ghibli. Megumi Kagawa est diplômée du Tokyo Designer Gakuin College (TDG) où elle a étudié l'animation. Elle débute sa carrière au studio Doga Kobo puis travaille ensuite comme animatrice clé sur Kaze no Tani no Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent) produit au studio Topcraft, avant de rejoindre le studio Ghibli où elle y fera la quasi-totalité de sa carrière et œuvrera sur la plupart de ses films. Rare grand nom féminin de l’animation du studio Ghibli, elle est animatrice clé avant de passer au poste d’assistante du directeur de l’animation sur Gake no Ue no Ponyo (Ponyo sur la falaise) et directrice de l'animation sur Kurenai no Buta (Porco Rosso), Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro), Karigurashi no Arrietty (Arrietty, le petit monde des chapardeurs) et le court métrage exclusif du musée Ghibli Hoshi wo Katta Hi (Le jour où j'ai acheté une étoile).

Takeshi Inamura

Né en 1969 à Gunma, Takeshi Inamura a été responsable des intervalles d’animation et de la vérification de l’animation chez Shin-Ei Animation. Il rejoint le studio Ghibli en 1991, d’abord comme intervalliste sur Kurenai no Buta (Porco Rosso) de Hayao Miyazaki. Il est ensuite animateur clé sur le téléfilm Umi ga Kikoeru (Tu peux entendre la mer) réalisé par Tomomi Mochizuki en 1995, puis sur plusieurs autres productions Ghibli comme Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille) de Yoshifumi Kondô en 1995, Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada) d’Isao Takahata en 1999 ou Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) de Hayao Miyazaki en 2001. En 2002, il devient assistant directeur de l'animation sur Neko no Ongaeshi (Le Royaume des chats) de Hiroyuki Morita. Puis, en 2001, directeur de l’animation sur le court métrage Kujiratori (La chasse à la baleine) pour le musée Ghibli et sur Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant) de Hayao Miyazaki en 2004. Suite au démantèlement du département de production du studio Ghibli, Takeshi Inamura rejoint le studio Ponoc et devient le directeur de l’animation du troisième film de Hiromasa Yonebayashi, Meari to Majo no Hana (Mary et la fleur de la sorcière) en 2017.

Hitomi Tateno

Après avoir débuté au tout début des années 80 chez un petit studio de sous-traitance, Hitomi Tateno entre rapidement au studio Telecom Animation où elle rencontre pour la première fois Hayao Miyazaki et Isao Takahata. Elle rejoint ensuite le studio Ghibli pour travailler sur le long métrage Tonari no Totoro (Mon voisin Totoro). Durant 27 ans, elle travaillera sur la quasi-totalité des productions du studio aux postes de contrôle de l’animation, animation, et même de formation des nouveaux animateurs, jusqu'à la dissolution du département de production en 2014. En point d’orgue de cette riche carrière, elle publie en 2015 un livre témoignage de son expérience intitulé Empitsu Senki (Chroniques de la guerre du crayon). Hitomi Tateno a depuis ouvert son restaurant, Le Sasayuri Café, dans lequel elle organise des expositions liées à l’animation où elle expose parfois maintenant les travaux de ses anciens collègues. Mme Tateno nous a accueilli lors d’un long entretien dans lequel elle est revenue sur son expérience professionnelle dans le studio Ghibli.

Yoshinori Kanada

Né en 1952 à Nara, Yoshinori Kanada est un animateur de renom au style unique basé sur des déformations imprévisibles et étonnantes d'amplitude dans la perspective, les lignes, le timing et le mouvement même qu'il insuffle à ses personnages et engins en action. Il a influencé une foule d'animateurs de son pays. Il fut animateur clé sur tous les longs métrages réalisés par Hayao Miyazaki, de Kaze no Tani no Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent) à Mononoke-hime (Princesse Mononoke), et superviseur de l’animation clé sur Tenkû no Shiro Rapyuta (Le château dans le ciel). Yoshinori Kanada est décédé le 21 juillet 2009 à l'âge de 57 ans.

Réalisateurs

Tomomi Mochizuki

Né en 1958 à Hokkaidô, Tomomi Mochizuki est considéré comme l'un des réalisateurs les plus prometteurs de la nouvelle génération. Il a dirigé de nombreux films et O.A.V. et a été appelé par le studio Ghibli pour réaliser Umi ga Kikoeru (Tu peux entendre la mer). Mochizuki est un grand fan de Saeko Himuro, l'auteur d'Umi ga Kikoeru et avait proposé de l'adapter à l'époque de la sortie du manga chez Animage. Son désir a été plus tard exaucé, mais le choix du studio Ghibli pour la réalisation du téléfilm n'a rien avoir avec sa proposition d'alors. C'est son unique (et épuisante) expérience au sein du studio Ghibli. Il a réalisé par la suite nombre d'O.A.V. et de séries animées.

Hiroyuki Morita

Hiroyuki Morita est né en 1964 à Fukuoka. Après avoir obtenu un diplôme universitaire, il s'installe à Tôkyô pour devenir animateur. Il entre dans une société de production de films d'animation, Shaft, et fait ses débuts d'animateur sur la série TV Hiatari Ryôkô! (Une vie nouvelle). Puis, il devient freelance et participe à la réalisation des dessins intermédiaires d'Akira de Katsuhiro Ôtomo et de Majo no Takkyûbin (Kiki, la petite sorcière). Il fait ses premiers dessins clés pour le téléfilm Rupan Sansei: Bai bai Ribatii Kiki Ippatsu! (Lupin III: Goodbye Lady Liberty). Il travaille ensuite à la réalisation des dessins clés de nombreux animes : Ninja Ryûkenden, Tobe! Kujira no Pîku, Hashire Merosu, Memories, Perfect Blue, entre autres. Il fait ses débuts de metteur en scène avec Golden Boy. Puis il entre au studio Ghibli pour participer à la réalisation des dessins clés de Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada). Après avoir signé les dessins clés d'un court métrage destiné au musée Ghibli, Koro no Ôsanpo (La grande excursion de Koro), il réalise avec Neko no Ongaeshi (Le Royaume des chats) son premier film d'animation pour le cinéma. Il a été choisi par Hayao Miyazaki, à l'origine de ce projet. Il reviendra au studio Ghibli en 2006 en tant qu'animateur clé sur Gedo Senki (Les contes de Terremer).

Yoshiyuki Momose

Né en 1953 à Tôkyô, Yoshiyuki Momose obtient son premier poste de directeur de l'animation pour Periinu Monogatari (L'histoire de Perrine / En famille) produit par Nippon Animation. Après une brève période au studio Madhouse, il travaille sur le storyboard et au layout pour Hotaru no Haka (Le tombeau des lucioles), mais ne rejoint le studio Ghibli qu'en 1994. Entre-temps, il continue de travailler à ces deux même postes pour plusieurs films d’Isao Takahata, dont Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) et Heisei Tanuki Gassen Ponpoko (Pompoko). En 1995, il devient un des premiers membres du département CG (Computer Graphics) du studio Ghibli où il a joué un rôle déterminant dans Mononoke-hime (Princesse Mononoke) puis dans Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada). Momose a aussi été animateur clé sur différents films du studio : Kurenai no Buta (Porco Rosso), Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille), Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) ou Gedo Senki (Les contes de Terremer). Il fait ses premières armes en tant que réalisateur dans Giburîzu Episode 2 (Ghiblies - Episode 2). En 2005, il fonde le studio Kajino où seront produits des projets internes mais alternatifs à ceux du studio Ghibli. Il réalise ensuite le court métrage Samurai Eggu (L’œuf du samurai), second segment de l’omnibus Chiisana Eiyu - Kani to Tamago to Tômei Ningen (Héros modestes : crabes, œuf et homme invisible), pour le studio Ponoc, puis le long métrage tiré du jeu vidéo Ni no Kuni dont il avait dirigé l’animation pour le premier épisode.

Sunao Katabuchi

Né en 1960 dans la préfecture d'Ôsaka, Sunao Katabuchi s'oriente à sa sortie du lycée en section cinéma du département des beaux-arts à l'université Nihon, à Tôkyô, et se spécialise dans le cinéma d'animation. Il rencontre Hayao Miyazaki lors d’une intervention de ce dernier à l’université et commence à travailler en tant que scénariste sur ses films alors qu’il n’est encore qu’étudiant. En 1985, il travaille aux côtés d’Isao Takahata sur le projet de long métrage Nimo (Nemo) de Yoshifumi Kondô. C’est en 1989 qu’il devient assistant réalisateur sur l’un des films de Miyazaki : Majo no Takkyûbin (Kiki, la petite sorcière), après avoir été un moment pressenti pour le réaliser lui-même. En 1996, il fait ses débuts en tant que réalisateur sur la série Meiken Rasshî (La chienne Lassie - inédit en France). Il réalise son premier long métrage, Arîte-hime (Princesse Arete), qui sort en 2001. Deux autres suivront : Maimai Shinko to Sennen no Mahô (Mai Mai Miracle), sorti en 2009, et Kono Sekai no Katasumi ni (Dans un recoin de ce monde), sorti en 2016.

Directeurs artistiques

Kazuo Oga

Né en 1952 dans la préfecture d'Akita, Kazuo Oga a été le directeur artistique de plusieurs films du studio Ghibli : Tonari no Totoro (Mon voisin Totoro), Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte), Heisei Tanuki Gassen Ponpoko (Pompoko), Mononoke-hime (Princesse Mononoke) et Kaguya-hime no Monogatari (Le conte de la princesse Kaguya). Il a peint des décors pour Majo no Takkyûbin (Kiki, la petite sorcière), Kurenai no Buta (Porco Rosso) et On Your Mark. Enfin, il a été concepteur scénique sur Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille). Il a publié deux artbook Oga Kazuo Gashû, contenant des travaux réalisés pour le studio Ghibli. En 2006, Oga s'essaie à la réalisation pour Ghibli avec le court métrage Taneyamagahara no Yoru (La nuit de Taneyamagahara). Artiste peintre reconnu, Kazuo Oga a réalisé des décors pour d'autres œuvres animées ainsi que de nombreuses illustrations de livres.

Yôji Takeshige

Né en 1964 à Philadelphie, Yôji Takeshige a fait ses études à l’université des beaux-arts Tama (Tôkyô) avec une spécialisation en peinture à l’huile. Il travaille au studio Ghibli depuis Tonari no Totoro (Mon voisin Totoro). Il a ainsi réalisé des décors pour Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte), Kurenai no Buta (Porco Rosso), Heisei Tanuki Gassen Ponpoko (Pompoko) et Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille). C'est en 1995 qu'il a obtenu pour la première fois le poste de directeur artistique sur le clip On Your Mark. Il a formé à cet occasion un tandem avec l'animateur Masashi Andô. Les deux hommes travaillent ensuite ensemble sur Mononoke-hime (Princesse Mononoke), puis sur Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro). Entre temps, Takeshige s'est occupé de la direction artistique de Hôhokekyo Tonari no Yamada-kun (Mes voisins les Yamada). Plus récemment, il a été directeur artistique pour Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant), Gedo Senki (Les contes de Terremer), Karigurashi no Arrietty (Arrietty, le petit monde des chapardeurs) et Kaze Tachinu (Le vent se lève). Takeshige a par ailleurs travaillé aux décors d'autres longs métrages que ceux de Ghibli : Kidô Keisatsu Patoreibâ: Gekijô-ban (Patlabor - Le film) et Kidô Keisatsu Patoreibâ: The Movie 2 (Patlabor - Le film 2), Ghost in the Shell et Oneamisu no Tsubasa: Ôritsu Uchûgun (Les ailes d'Honnéamise).

Autres collaborateurs sur l'image

Michiyo Yasuda

Née en 1939 à Tôkyô, Michiyo Yasuda est responsable des couleurs et chef du département « encre et peinture » du studio Ghibli. C'est une collaboratrice de longue date de Hayao Miyazaki et Isao Takahata et elle travaille avec eux depuis le début de leur carrière. C'est elle qui a choisi les magnifiques couleurs utilisées dans (presque) tous les films du studio Ghibli. En 1997, le travail de Yasuda été mis en évidence dans le livre autobiographique Animêshon no Iro Shokunin (L'artisan des couleurs dans l'animation). Michiyo Yasuda est décédée le 5 octobre 2016 à l'âge de 77 ans.

Mitsunori Kataama

Né en 1964 à Yamaguchi, Mitsunori Kataama a découvert l’image de synthèse 3D auprès de l’artiste contemporain Masaki Fujihata en 1986. En 1992, il a remporté le Premier Prix à l’International Computer Graphic Art Exhibition. Il a souhaité unifier l’animation 2D sur celluloïd et l’image de synthèse 3D après avoir été directeur de l’imagerie numérique sur les OAV Makurosu Purasu (Macross Plus). Il est entré au studio Ghibli en 1995 et a notamment dirigé les images de synthèse de Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) en 2001 et de Giburîzu Episode 2 (Ghiblies - Episode 2) de Yoshiyuki Momose en 2002. Il a été ensuite directeur de l’animation numérique sur Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant) de Hayao Miyazaki en 2004, puis sur Gedo Senki (Les contes de Terremer) de Gorô Miyazaki en 2006, et de la plupart des courts métrages exclusifs du musée Ghibli.

Atsushi Okui

Né en 1963 à Shimane, Atsushi Okui a entamé sa carrière professionnelle chez Asahi Productions en 1981 au département image. Il a été pour la première fois directeur de la photographie sur Dâti Pea Gekijô-ban (Dirty Pair - Le film) de Kôichi Mashimo en 1987. Il a ensuite travaillé sur Kidô Senshi Gundamu: Gyakushû no Shâ (Mobile Suit Gundam : Char contre-attaque) en 1988 et Kidô Senshi Gundamu F91 (Mobile Suit Gundam F91) de Yoshiyuki Tomino en 1991. Il a travaillé pour la première fois sur un film du studio Ghibli comme directeur de la photographie sur Kurenai no Buta (Porco Rosso) de Hayao Miyazaki en 1992. En 1993, le studio Ghibli a créé son propre département image et Okui a rejoint officiellement l’équipe intégrée. Au cours de sa carrière, il doit notamment s’adapter à la transition entre l’animation traditionnelle sur celluloïd à l’animation assistée par ordinateur. Excepté pour Neko no Ongaeshi (Le Royaume des chats), il a depuis été le directeur de la photographie de tous les films produits par le studio.

Producteur

Yoshiaki Nishimura

Né en 1977 dans l’arrondissement d'Ôta de Tôkyô, après avoir étudié aux Etats-Unis, Yoshiaki Nishimura rejoint le studio Ghibli en 2002 où il intègre l’équipe d’attachés de presse sur la première campagne publicitaire TV réalisée par Hayao Miyazaki pour House Foods, Ôchi de Tabeyô (Mangeons à la maison), en 2003. Il occupera le même poste pour Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant), Gedo Senki (Les contes de Terremer) et Gake no Ue no Ponyo (Ponyo sur la falaise). En 2006, il est en charge de la promotion du film d'animation français Le roi et l’oiseau, et en 2008, de la série de films d’animation russe Tchebourachka, distribués tous deux en salles au Japon par le studio Ghibli, puis en vidéo via le musée Ghibli et sa collection de film d’animation du monde entier, Ghibli Museum Library. Nishimura est nommé producteur sur le film Kaguya-hime no Monogatari (Le conte de la princesse Kaguya), premier film réalisé par Isao Takahata en 13 ans. Entre changements de sujets, planification et production, il passera environ 8 ans sur le projet à accompagner le réalisateur. Le film à peine terminé, il rejoint la production du second film de Hiromasa Yonebayashi, Omoide no Mânî (Souvenirs de Marnie). La contre-performance commerciale du film en salles et l’annonce de la retraite de Hayao Miyazaki en septembre 2013, entrainent le démantèlement du département de production du studio Ghibli fin 2014. Nishimura crée alors coup sur coup le studio Ponoc et avec Hideaki Anno (studio Khara) et Nobuo Kawakami (Dwango), le studio Deho Gallery, spécialisé dans le décor peint à la main, qui produiront le troisième film de Yonebayashi, Mary et la fleur de la sorcière (Mary et la fleur de la sorcière).


Sources : catalogue du festival Nouvelles images du Japon - Nausicaa.net - Animeland (avril 2002) - dossier de presse du film Les contes de Terremer - dossier de presse du film Dans un recoin de ce monde - site officiel du film Mary et la fleur de la sorcière